đŸŒŒđŸŠ•đŸŒDans la classe de Julie, une prof qui s’inspire de Maria Montessori

Julie est prof des Ă©coles dans un Ă©tablissement privĂ© sous contrat avec l’Etat dans le Morbihan. Cela fait 8 annĂ©es qu’elle s’inspire notamment de la pĂ©dagogue italienne Maria Montessori. Sa classe va de la petite section de maternelle au CP.

Comment en es-tu venue à une approche inspirée de Maria Montessori ?

J’ai commencĂ© Ă  enseigner il y a 11 annĂ©es en CE1 dans un apprentissage classique. Cependant, dĂ©jĂ , je souhaitais que les enfants soient acteurs ou actrices de leurs apprentissages. Je favorisais l’autocorrection (par exemple, je ne corrigeais pas entiĂšrement un exercice). L’approche Montessori me plaisait. L’annĂ©e suivante, en petite section de maternelle, je me suis inspirĂ©e d’un site pour mettre en place des activitĂ©s autonomes.

Deux ans plus tard, le nombre d’élĂšves dans ma classe de petite section a largement dĂ©passĂ© les 30 Ă©lĂšves 😟. Je me suis dit que j’allais ĂȘtre Ă©puisĂ©e, qu’il Ă©tait nĂ©cessaire de m’appuyer davantage sur l’autonomisation des enfants. J’ai donc mis en place des activitĂ©s en libre-service. J’ai bĂ©nĂ©ficiĂ© du financement d’une formation Montessori, qui a toutefois Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e sur mon temps personnel.

J’ai passĂ© 6 ans en petite section et les rĂ©sultats Ă©taient formidables: les enfants choisissaient leurs activitĂ©s individuelles et s’épanouissaient. Il est stressant de se dire que les apprentissages dĂ©pendent du prof, ou de la prof des Ă©coles. A l’inverse, il est reposant de constater la gestion que les enfants peuvent mettre en place et l’autonomie qui se dĂ©veloppe progressivement. Il est Ă©galement gratifiant pour un ou une prof de disposer de temps ⏳et d’énergie pour intervenir lorsque cela est nĂ©cessaire (pour prĂ©senter des activitĂ©s, aider des Ă©lĂšves rencontrant une difficultĂ©, ou nĂ©cessitant des encouragements) et proposer de nouveaux projets. Les enfants, heureux d’aller Ă  l’école, fabriquaient leurs costumes de kermesse, inventaient des histoires đŸ“–âœïž, des chansonsđŸŽ”, j’avais l’impression de me trouver dans une ruche de crĂ©ativitĂ©.

Aujourd’hui, ma classe comprend 23 Ă©lĂšves de la petite section de maternelle au CP.

En quoi consiste ta pratique pédagogique ?

En maternelle

Les enfants choisissent librement leurs activitĂ©s individuelles en dehors de temps de regroupement, et gĂšrent l’essentiel de leur emploi du temps. Cette libertĂ© s’accompagne de rĂšgles ⚖: par exemple les enfants doivent ranger aprĂšs chaque activitĂ©, et de maniĂšre gĂ©nĂ©rale respecter leurs camarades.

Dans mon Ă©cole, les parents et la Direction, informĂ©s de ma formation et de mon inspiration Montessori, l’acceptent bien, les relations sont trĂšs bonnes.

La grande force de l’approche Montessori est l’enseignement des gestes essentiels de la vie quotidienne, y compris les plus simples (se moucher, se laver les mains, dans la classe, comment se dĂ©placer sans dĂ©ranger les autres ou dĂ©placer une chaise, ou mĂȘme s’adresser Ă  une personne adulte par exemple).

Le matĂ©riel dont je dispose comprend des Ă©lĂ©ments classiques qui ne sont pas inclus dans l’approche Montessori. Il est rangĂ© en aires concernant notamment la vie pratique, le langage 📖et les maths đŸ”ąâž•đŸ—ïžđŸ§± . Pour favoriser la motricitĂ© fine, la crĂ©ativitĂ© et/ou l’écriture ✏tout en limitant les dĂ©placements, j’ai regroupĂ© dans une aire des pots de crayon, des feuilles pour Ă©crire ou dessiner librement ainsi que des pages de magazines sur des fleurs đŸŒŒĂ  dĂ©couper ou, pour les plus jeunes, des pages ne nĂ©cessitant qu’un coup de ciseaux, puis 2 coups de ciseaux, comprenant un systĂšme de progression. Dans la classe, les enfants peuvent Ă©galement choisir de faire de la peinture🎹 sur chevalet (si les places sont disponibles, sinon, l’attente constitue la rĂšgle) ou des pochoirs. J’ai intĂ©grĂ© dans l’aire des maths une partie de repĂ©rage dans l’espace avec des constructionsđŸ—Œ(des planchettes Kapla* ou des cubes par exemple). Des jeux de puzzles đŸ§© y sont Ă©galement en libre-service. Les enfants se mettent sur des tapis, souvent cĂŽte Ă  cĂŽte. L’excellent matĂ©riel Montessori dĂ©cimal en bois (unitĂ©s, dizaines, centaines, milliers) demeure assez onĂ©reux. De ce fait, nous utilisons beaucoup de carton.

L’approche de Maria Montessori apparaĂźt complĂšte et comprend des petites expĂ©riences scientifiques đŸ§Ș trĂšs chouettes Ă  mener dĂšs la maternelle. Dans ma classe, les enfants disposent d’un pot avec un aimant đŸ§Č et un autre pot avec des objets pour tester ce que l’aimant attire, ou non. Une autre activitĂ© consiste Ă  identifier ce qui flotte ou ce qui coule dans l’eau💧, grĂące Ă  un contenant de divers objets, un ramequin et un pichet. Les enfants adorent cela.

J’interviens surtout pour montrer un aspect (« lĂ , je vais te montrer comment faire, tu me regardes 👀, ensuite on va le faire ensemble, puis tu le feras seul.e »), ou si un point mĂ©rite d’ĂȘtre clarifiĂ©.

Le temps de concentration peut dĂ©pendre des jours et des enfants, il varie souvent entre 30 et 40 minutes par activitĂ©, mais il arrive qu’un ou une enfant y passe une heure sans s’interrompre.

 

En CP

J’ai mis en place une formule plus classique en français🔠 et en maths. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les parents et ma direction ne souhaitent pas l’abandon des manuels scolaires et restent en faveur d’un suivi assez dĂ©taillĂ© des exercices.📝 Je peux l’entendre. Je privilĂ©gie l’autocorrection au sein de cette approche plus traditionnelle. Je n’indique pas prĂ©cisĂ©ment une erreur par exemple, je mets une croix dans la marge du cahier pour que les enfants la corrigent eux-mĂȘmes, ou elles-mĂȘmes, essentiellement grĂące Ă  du matĂ©riel.

Sinon, les enfants choisissent librement leurs activitĂ©s individuelles de dĂ©couverte et d’expĂ©rimentation; de ce point de vue, l’autonomie prĂ©vaut Ă©galement en CP.

Curiosité et motivation des enfants

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, en plus du choix libre des activitĂ©s qui favorise l’enthousiasme, les enfants se motivent Ă©normĂ©ment entre eux, avec des phases d’imaginaire collectif (en ce moment les Kapla* sont trĂšs Ă  la mode, alors qu’avant cela ne les intĂ©ressaient pas, une pĂ©riode de livres et dessins de type “cherche et trouve” s’est tenue prĂ©cĂ©demment) et s’amusent.

Quel que soit le niveau de classe, je m’appuie Ă©normĂ©ment sur leur curiositĂ©. Si un enfant, ou une enfant, revient de vacances, cela peut donner lieu Ă  des recherches et apprentissages (par exemple en gĂ©ographie 🌏). Les apports de l’extĂ©rieur dans la classe m’apprennent beaucoup Ă©galement, et m’amĂšnent Ă  proposer des activitĂ©s auxquelles je n’aurai pas pensĂ© spontanĂ©ment, cela est intĂ©ressant!

D’autres approches

Je m’inspire beaucoup de l’approche de Maria Montessori, un peu de celle de CĂ©line Alvarez [NB: ancienne prof des Ă©coles, autrice contemporaine, elle-mĂȘme trĂšs inspirĂ©e par Maria Montessori]. NĂ©anmoins, cela n’est pas exclusif: je peux piocher Ă©galement dans l’Ɠuvre de CĂ©lestin Freinet [pĂ©dagogue français, 1896-1966], par exemple.

La libertĂ© pĂ©dagogique m’apparaĂźt prĂ©cieuse pour observer, expĂ©rimenter, proposer, ajuster (certains aspects fonctionnent mieux avec un groupe qu’avec un autre ou varient selon les enfants), et assurer mon confort. Maria Montessori elle-mĂȘme a Ă©tĂ© chercheuse et observatrice tout au long de sa vie. Les profs, et non seulement les enfants, doivent Ă©tayer, proposer, constater les rĂ©sultats, rĂ©essayer, ajuster et corriger si besoin, en respectant les programmes de l’Éducation nationale et les acquis demandĂ©s 🚀.

 

DĂ©couvrir les supers tips de Julie pour les parents et grands-parents d’enfants de 4 Ă  8 ans? C’est par ici!

 

*NB : Ces planchettes en bois, inventĂ©es Ă  la fin des annĂ©es 1960, ne font pas partie du matĂ©riel Ă©laborĂ© ou intĂ©grĂ© par Maria Montessori (1870-1952) dans ses Ă©coles. NĂ©anmoins, favorisant le jeu, la persĂ©vĂ©rance, le partage et la crĂ©ativitĂ©, les Kapla sont accessibles dans de nombreuses classes  (mais pas dans celles qui appliquent une mĂ©thode Montessori stricte. Il en va de mĂȘme concernant les jeux de puzzles.)